Vivre de la photo est primoridal si vous souhaitez devenir photographe professionnel. Vous souhaitez vous lancer dans la photographie et avez des questions : comment calculer votre rentabilité ? Comment définir vos tarifs photo ? Ce sont d’excellentes questions car bien souvent, on ne voit que la partie immergée de l’iceberg (le shooting) et non ce qui se cache derrière. Aussi, je vous propose d’y voir plus clair pour vous projeter sereinement vers l’avenir.

Comment vivre de la photo ?

Connaître sa rentabilité est un travail qu’il faut absolument faire pour que vous puissiez vivre votre métier de photographe avec moins de stress. Bien souvent, nous prenons le problème à l’envers. A savoir : combien seraient prêts à payer nos clients pour notre prestation photographique ? Et s’ils sont prêts à vous payer uniquement 100 € pour un mariage. Vous réalisez quand même la prestation ? Ce qui est ennuyeux dans cette vision, c’est que vous ne pouvez pas vous projeter, ni même espérer faire des gains et rendre pérenne votre activité. Vous vous mettez même en danger en acceptant un tarif qui ne couvre pas vos frais !

vivre de la photo vos tarifs doivent couvrir vos frais

Etape 1 : calculez vos frais fixes et variables

Ce sont vos frais et la durée globale d’un shooting qui doivent être à la base du calcul. Autrement dit, il va falloir lister dans un premier temps les frais fixes et les frais variables. 

Frais fixes

Les frais fixes correspondent aux dépenses que vous faites chaque mois ou chaque année, peu importe votre nombre de clients.

  • Loyer et charges si vous louez un local
  • Expert comptable (option)
  • Site web (option)
  • Taxe habitation, si vous louez un local ou si vous avez déclaré qu’une partie de votre logement servait à votre activité photographique
  • Frais de téléphone mobile
  • Frais d’électricité, d’internet …
  • Frais bancaires, assurance

Les frais variables

Les frais variables dépendent quant à eux de votre niveau d’activité. Autrement dit, plus vous travaillez, plus ils sont sensés être élevés.

  • Frais de déplacement : voiture, train …
  • Frais de repas
  • Goodies client : une clé USB + frais d’envoi
  • Accueil client : café, thé, chocolat
  • Publicité et recrutement de clients : Googleadwords par exemple, ou -20€ s’il s’agit d’une remise avec parrainage
  • Article de dépannage (si vous êtes photographe nouveau-né : couche et tétine)
  • Et si vous vous lancez en ayant des enfants en bas âge, pensez aussi aux frais de garde !

Avec ce premier calcul, vous devez déjà prendre conscience que votre métier de photographe vous coûte chaque mois un petit quelque chose.

Etape 2 : prenez en compte vos achats de matériels et de formations

En effet, pour vivre de la photo et avoir une vision globale de vos dépenses,  il faut aussi prendre en compte tous vos achats. Il peut s’agir d’achats que vous pouvez amortir sur plusieurs années, comme c’est le cas avec un appareil photo (5 ans). Dans ce cas-là, ramenez vos dépenses au mois. Si l’article vous a coûté 500€, vous faites 500/(12*5), ce qui vous donne 8€ par mois.

  • Matériels photo : appareil photo, flash, fond de studio, boite à lumière, trépied …
  • Achat d’accessoires pour le décor ou de robes
  • Formation : en ligne, dans un centre de formation ou chez un photographe
vivre de la photo quels sont vos frais ?

Etape 3 : définissez le temps global d’un shooting photo

Etre photographe ne se résume pas à faire des shootings. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’une séance photo nouveau-né demande par exemple 13 heures de travail. Si vous faites 2 séances photo par semaine, cela vous occupe 26h.

Ne sous-estimez pas le temps passé, essayez d’être factuel et réaliste. A trop vouloir minimiser les tâches, vous risquez de vous retrouver noyé sous le travail et de ne pas avoir le temps de faire suffisamment de shootings pour assurer un revenu.

  • Discussion avec le client pour expliquer la séance, répondre aux questions : 20 mn
  • Préparation du shooting : 1h
  • Séance photo nouveau-né : 4h
  • Rangement : 1h
  • Lavage : 10 mn
  • Préparation de la sélection photo : 1h
  • Post-production / retouche : 5h
  • Mise des photos finalisées sur clé USB + diaporama musical + album photo numérique + faire-part de naissance numérique : 30 mn

Si de votre côté vous avez d’autres tâches qui vous prennent du temps, ajoutez-les. Il peut s’agir du temps de déplacement pour aller sur un site ou d’un besoin de faire du shopping pour une séance photo mode.

Etape 4 : listez les tâches cachées

A cela s’ajoute les tâches cachées. On peut ajouter facilement 8 heures par semaine, ce qui nous fait arriver à 34 heures.

  • Administratives : édition des factures, suivi des paiements
  • Commerciales : suivi des demandes clients, réalisation des commandes additionnelles (book, cadre)
  • Web : mise à jour du site, rédaction des articles
  • Réseaux sociaux : publication, animation, échanges, réponses aux demandes
  • Achats : recherche de nouveaux articles pour les décors, matériels photo
  • Formation : suivi de formations en ligne ou chez un photographe
  • Repérage : nouveaux sites pour des shootings

Vous pouvez également prendre du temps pour des relations presse / web ou avoir une activité commerçante à côté (formation photographique).

Etape 5 : Evaluez vos revenus de photographe

Passons au cas concret pour évaluer vos revenus de photographe :

  • Disons que vous avez des frais fixes et variables de 600 € par mois
  • Que vous dépensez en moyenne 400 € par mois en accessoires, matériels, formations …
  • Que vos shootings vous prennent en moyenne 13 heures et vous consacrez 8h à vos tâches cachées (soit 34h par semaine avec 2 shootings)
  • Et que vous réalisez en moyenne 8 reportages photo par mois (2 séance photo par semaine)
  • Si votre revenu par séance est de 350€, vous gagnez 2800€ BRUT par mois. Génial, non ?

SAUF qu’il va falloir déduire :

  • vos frais et vos achats : -1000 € : il vous reste alors 1800€
  • et ensuite enlevez la TVA, les charges et impôts, votre couverture sociale (notamment RSI) … et au final, vous avez un revenu qui diminue de près de 50% (cela dépend bien entendu de votre statut juridique) : revenu moyen NET mensuel de 900 €.

A noter que ce revenu ne tient pas compte des semaines où vous êtes en vacances ou malade (ou en arrêt parce que vos enfants sont malades). Par ailleurs, pour vivre de la photo, pensez également à votre avenir et à votre retraite.

Vivre de la photo, s’est avant tout s’assumer en tant que photographe. En effet, votre travail sera valorisé à la seule condition que vous-même vous y croyez ! Aussi, vendez-vous au juste prix pour pouvoir durer et être heureux au quotidien. Pour plus d’informations, je vous invite à consulter l’ouvrage de Rachel Nething : Photographe 3.0. Vous trouverez également de très bons articles sur son blog : Portrait ou paysage.

livre Rachel Nething Photographe 3.0 photographe pro

Voir plus d'articles

Shooting bébé en studio, une belle idée cadeau !

photographe enfant versailles on s'amuse pour de jolis souvenirs