« Bonjour, je m’appelle Karine Majet et je suis photographe ». Cette petite phrase est courte, simple, et pourtant si compliquée à dire. Pour vous dire la vérité, j’ai mis 1 an avant de ne pas rougir en la disant ! Oui, être photographe professionnel est un métier, et j’ai mis du temps à me l’approprier … le temps d’être fière de mes photos.

Comment devient-on photographe professionnel ?

C’est une bonne question, surtout qu’il y a 10 ans, je ne pensais vraiment pas créer ma société et devenir photographe ! Certains d’entre vous ont tout de suite choisi leur voie et intégrer une école de photographie : école de Condé, Spéos ou Gobelins – l’école de l’image. Mais si vous avez souhaité comme moi changer de métier et vous lancer dans la photographie après un premier parcours professionnel, voici quelques informations pour vous guider.

être photographe professionnel conseils de pro karine majet photographe paris

Pour ma part, je suis devenue photographe par passion et pour être plus proche de mes filles. A la naissance de ma première fille, j’ai eu une vraie révélation pour les nouveau-nés. Après 3 ans de réflexion, j’ai décidé de quitter mon poste de Chef de produits en marketing pour créer ma société et me lancer dans l’entrepreneuriat.

Etre photographe, c’est être entrepreneur !

Et honnêtement, sans mes années d’expérience dans le commercial et le marketing, je ne pense pas que j’aurais eu les connaissances nécessaires pour monter mon business. Car au-delà de la photo, être photographe professionnel c’est gérer plusieurs services à vous seul : gestion des factures et de la comptabilité (service comptable), relation clients (service client / réclamation), choix des fournisseurs (service achat), gestion et animation du site web et des réseaux sociaux (webmaster et community manager) … et j’en oublie.

Tout cela pour vous dire que la photo représente 20% de mon temps. Je viens de quitter la phase de lancement  qui a duré 2 bonnes années environ et je consacre encore beaucoup de mon temps sur la partie référencement, animation de ma page web et des réseaux. Une fois le cap des 3 – 4 ans passé, je pense que la photo représentera 60% de mon temps (photo et retouche).

Aussi il ne faut pas rougir de ne pas avoir fait une grande école de photo, mais plutôt être fier de votre parcours et de tous vos acquis. Sincèrement, je me sens plus forte, avec une vision plus claire que lorsque j’avais 20 ans. Le fait d’avoir travaillé sous pression, dans des sociétés exigeantes m’a permis de gagner en efficacité et me sers au quotidien.

devenir photographe nouveau-ne-astuces et conseils de karine majet studio paris

Bien entendu, vous n’êtes pas obligé de faire tout vous même. Dans mon cas, j’ai fait un premier site web. Mais celui-ci n’était pas du tout à mon image et était peu évolutif. J’ai donc fait appel à Azapp, une société qui a créé mon logo, mise en place mon site web et qui le gère au quotidien. Vous allez donc devoir peser le pour et le contre. Entre faire vous-même certaines tâches (et perdre du temps) et en faire faire (et perdre de l’argent). L’objectif étant de vous focaliser sur les tâches que vous aimez et maîtrisez, et qui sont le moins chronophages.

Quel statut choisir ?

Si vous souhaitez vivre de la photographie, c’est que vous voulez créer une activité pérenne. Cela passe par le choix de votre statut et celui-ci peut évoluer. Pour cela, vous pouvez vous faire aider par un expert comptable tel que Fidexo, qui vous donnera des conseils sur la structure à choisir. Ce qu’il faut prendre en compte notamment :

  • Quel est votre chiffre d’affaires prévisionnel année N, N+1 et N+2. S’agit-il d’un quart-temps, d’un mi-temps ou d’un job à 100% ?
  • Avez-vous déjà une clientèle ou est-ce un nouveau domaine où il faut tout construire ?
  • Quel est votre degré de maturité dans ce domaine : avez-vous besoin de beaucoup de temps pour vous former et monter en compétence ?
  • Quels sont vos frais d’équipements ? Ordinateur, appareil photo, accessoires
  • Quels sont vos frais de fonctionnement ? Local, téléphone, voiture

Grosso modo, s’il s’agit dans un premier temps d’une activité additionnelle et si vous ne prévoyez pas de grandes dépenses, mieux vaut choisir le statut d’auto-entrepreneur. L’inscription est simple, les frais de gestion sont minimes (vs. SARL) et l’imposition est intéressante si vous avez un petit chiffre d’affaires. Si par contre vous prévoyez d’amortir de l’équipement informatique et photographique, et si vous pensez faire un CA supérieur à 15.000 euros par an, vous pouvez penser à monter une structure : SAS, SARL … les conseils d’un expert comptable sont alors indispensables pour être photographe professionnel.

Donner une belle image de vous

Quand on est commercial, on dit que tout se joue les 5 premières secondes de l’entretien. Le sourire (et oui, il s’entend même au téléphone), la poignée de main, le regard, la voix … ces petites choses qui relèvent du non-dit en disent finalement beaucoup sur vous. Et bien là, le premier contact avec votre client, il va falloir le chouchouter sur tous les canaux :

  • Votre nom d’artiste : comment allez-vous vous définir ? En reprenant votre nom + photographe / photographie / photographie culinaire. Ou plus poétique avec une petite phrase d’accroche : « Instants capturés » pour Amélie Soubrié, « Histoire d’1 instant » avec Karim Kheyar.
  • Un beau logo à votre image, voilà une des premières étapes pour passer d’amateur à professionnel. Le logo doit être unique, facilement reconnaissable et en lien avec votre métier.
  • Votre site web doit être le prolongement de votre personnalité et de l’environnement dans lequel vous évoluer. Sport, mariage … ce n’est pas pareil. A vous de donner le ton en montrant aussi de votre personne pour rassurer l’internaute qui ne vous connaît pas encore. Donnez-lui envie de vous appeler pour en savoir plus sur vous et vos prestations.
  • Soyez clair sur les prestations : les forfaits, les tarifs. Ne donnez pas l’impression qu’il s’agit d’un tarif donné sur le coup. Non, un tarif se mûrit longtemps, il prend en compte le temps passé et les charges. Si vous avez suffisamment réfléchit à sa construction, vous serez à même de le défendre. Car il s’agira d’un « tarif juste ».
  • Ayez un contrat bien ficelé à donner aux clients. Certes, cela peut faire pompeux mais sans ce contrat, vous allez au-devant de bien des ennuis. Un contrat vous lit à votre client en expliquant vos prestations. Il engage également le client. Le contrat reprend les points essentiels de vos conditions générales de vente.
  • La relation commerciale commence avant le shooting et se termine bien après, voir jamais. En amont de la séance photo, vous allez informer votre client sur le déroulé de la séance, le rassurer. Après la séance, il s’agira de lui remettre les photos et de rester à son écoute quant à ses remarques et demandes éventuelles. Via les newsletters, vos publications sur Instagram, Facebook, Twitter … gardez le lien pour d’éventuels shootings. Si le client a été content de la prestation, il aura plaisir à revenir.

Équipez-vous comme un pro

J’ai commencé avec un Canon EOS 650D, c’était bien, mais sans plus, surtout en basse lumière. J’ai vite atteint les limites car au tout début je faisais des shootings en intérieur et sans flash. Bref, depuis j’ai sauté le pas et je me suis équipée avec un Canon EOS 5D Mark III. Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de clients qui me parlent d’appareils photo numériques ! Mine de rien, un matériel photo professionnel donne une image très qualitative et rassurante … et en plus, les photos sont juste magnifiques.

matériel photographe nouveau-né CANON EOS 5D MARK IV appareil photo professionnel plein format

Le mot de la fin

Cet article pour être photographe professionnel est terminé. J’espère vous avoir donné envie de vous lancer dans la photo car c’est un métier merveilleux. Beaucoup de gens autour de moi me disent que c’est bien de vivre de ma passion. Oh, cette phrase est bien jolie mais elle a tendance à m’énerver. En effet quand je travaille le weekend et certains soirs, j’aimerais moi aussi décompresser. En me lançant dans la photo, je n’ai pas souhaité vivre de ma passion mais bien de travailler dans un domaine qui me passionne. La nuance ? Elle est subtile. Pour moi, vivre de sa passion c’est utopique, car c’est oublier tout le travail administratif et commercial et se focaliser sur la partie artistique. Par contre, vivre d’un métier passionnant est plus juste. Cela valorise le statut de photographe professionnel en précisant que notre métier n’est pas que du plaisir. Il y a aussi beaucoup de travail … comme tout artiste 🙂 .

Tout cela pour vous dire que le métier de photographe est passionnant mais demande beaucoup de professionnalisme.

Voir plus d'articles

Quel photographe souhaitez-vous être ? Où plutôt, quel type de photos aimez-vous ? N’hésitez pas à choisir un domaine qui vous plaît, vous n’en serez que meilleur !

ciblage client conseils photographe professionnel

Comment se lancer dans la photo de nouveau-né ?

Devenir photographe nouveau-né comment se lancer conseils de karine majet photographe